Pour ma deuxième césarienne, je me suis mise en quête d'une césarienne sans douleur
Participez aux prochains forums
Proposez-nous vos sujets de discussion pour animer les forums !
Participez

Pour ma deuxième césarienne, je me suis mise en quête d'une césarienne sans douleur

Par Dalila , Maman de 2 enfants

cesarienne

Césarienne du futur la césarienne extrapéritonéale ? C'est ce que laissait à penser le Dr Simon, l'un des 10 obstétriciens qui la pratique en France, lorsque nous l'avions interviewée. Mais qu'en pensent les premières intéressées : les patientes ? Témoignage de Dalila, 31 ans, maman de deux fillettes de 5 et 3 ans.

Ma première césarienne n'était pas prévue. Pourtant, je me doutais que je ne pourrais pas accoucher de façon naturelle car nous avons de petits bassins dans la famille. Ma mère a eu cinq césariennes, alors lorsqu’après huit heures de travail, on m'a dit que le bébé naîtrait par césarienne, je me suis fait une raison. Je n'avais pas le choix.
Mon mari n'a pas eu accès à la salle d'opération et je ne me souviens que de cette douleur au réveil, malgré la morphine. Je ne m'attendais pas à une douleur aussi intense. Je suis courageuse, j'ai été courageuse. Je ne pleurais que lorsque j'étais seule parce que je ne supportais plus cette douleur.
 

Rien n'était naturel

Et il y avait mon bébé à côté de moi, dont je ne pouvais m'occuper sans solliciter les infirmières, jour et nuit, ou mon mari qui heureusement, a été très présent et m'aidait tous les matins. C'est lui qui donnait le bain par exemple. Je me souviens aussi de cette frustration de ne pas pouvoir choisir les vêtements que je voulais mettre à mon bébé. Rien n'était naturel. Pour la première fois de ma vie, je n'étais plus autonome. J'ai eu beaucoup de mal à l'accepter.

 

Cette douleur a été un vrai traumatisme pendant des années. Si bien que lorsque je suis retombée enceinte, je ne voulais pas repasser par là. J'ai fait des recherches sur la césarienne sans douleur dont on m'avait parlé par hasard. Et à sept mois de grossesse, j'ai enfin rencontré un obstétricien qui pratiquait dans mon secteur ce qu'on appelle la césarienne extrapéritonéale, et qui pourrait me suivre. Nous avons beaucoup échangé. J'avais confiance. J'ai également rencontré une mère qui avait accouché comme cela.

 

C'est ça, la douleur ?

Et en effet, cela s'est révélé être le jour et la nuit. Mon mari a pu me tenir la main pendant l'opération. Au réveil, j'avais bien une petite douleur, j'attendais même qu'elle se ravive. J'ai demandé à mon docteur « C'est ça, la douleur ? ». Oui, c'était ça. J'avais bien une gêne au niveau du ventre, mais j'ai pu me lever dès le premier jour. Ma mère qui a eu cinq césariennes a trouvé cela incroyable.

 

Je n'avais ni sonde urinaire, ni perfusion. J'ai pu manger, changer la couche de mon bébé, lui donner le bain, l'allaiter. Bien sûr, je marchais doucement, je sortais quand même d'une opération, mais j'étais maman à 100%. Je me suis rapidement approprié mon nouveau bébé.

 

Ma voisine de chambre qui venait d'accoucher par césarienne classique n'en revenait pas. « Je vous crois parce que je vous vois » m'a t'elle dit. Comme beaucoup de mères, elle ne connaissait pas la césarienne extrapéritonéale. Je lui en ai alors parlé comme je le fais maintenant régulièrement, un peu partout : à la pharmacie, à mes amies... Je leur dit qu'une solution existe pour ne pas connaître les frustrations de la césarienne et surtout, pour ne plus souffrir comme je l'ai fait la première fois.

 


Propos recueillis par Isabelle Cantarero.

 

Retrouvez les autres articles du Dossier La césarienne en questions :

 Accouchement par césarienne : comment ça se passe ?

 La césarienne extrapéritonéale, la césarienne du futur ?

 


Par Dalila , Maman de 2 enfants


Poster votre commentaire

Tous les commentaires

    • Pomme de reinette (le 06/04/11 à 13H15)Tant mieux si une nouvelle méthode existe pour moins de douleur, mais je tiens à réagir pour rassurer les futures mamans qui vont accoucher par une césarienne "classique" : j'ai accouché en juin dernier par césarienne et ça s'est très bien passé quand même! Ma fille se présentait en siège, et on m'a laissé le choix un mois avant le terme d'une césarienne "organisée à l'avance" (2 semaines avant le terme)ou d'un accouchement par le siège. j'ai préféré la première option. J'ai beaucoup discuté avec des amies qui étaient passé par là, avec une sage-femme qui m'a décrit tout ce qui allait se passer (elle avait elle même accouché par césarienne). cette préparation m'a aidée, car j'ai pu me préparer au fait que le papa ne soit pas à mes côtés et que je sois séparée de mon bébé les 2 premières heures (ce sont les 2 points les plus difficiles je trouve). Mais j'ai vécu toute l'émotion de la naissance, les larmes quand je l'ai entendu crier, le peau à peau quelques intants tout de suite à sa naissance (on me l'a posée sur la poitrine). on ressent même des le bébé "sortir" car on a les sensations sans la douleur. Et surtout les suites ont bien été gérées : les anti douleurs, l'accompagnement du personnel médical pour m'aider...je me suis levée dès le lendemain, et ça m'a tiraillé quelques jours mais bon après une épisio je crois qu'on est pas très confortable non plus...donc pas de stress!. là où j'ai eu de la chance c'est que comme la césarienne était programmée, je m'y suis préparée, c'est important et moins difficile qu'une césarienne d'urgence. et puis une fois qu'on se retrouve tous les 3 , on profite pleinement du bonheur, sans état d'âme sur la façon dont on a accouché (pour décomplexer les mamans qui ont le sentiment qu'elles ne vont pas accoucher "normalement"...)le principal c'est qu'il sorte ce petit bout!!)
    mot de passe oublié

    Un email avec votre mot de passe vient de vous être envoyé.

    Ok