Comment occuper toute la famille un week-end pluvieux ?
Participez aux prochains forums
Proposez-nous vos sujets de discussion pour animer les forums !
Participez

La boutique

Jeu de société Tous à l assaut !De 4 ans à 10 ans
Attrap grenouillesDe 3 ans à 8 ans
Flipper footDe 3 ans à 10 ans
Jeux d'adresse

Comment occuper toute la famille un week-end pluvieux ?

Par Louise , Maman de Paul, 7 ans et d’Emma, 4 ans

Comment transformer un week-end pluvieux en week-end heureux ? Comment réunir grands-parents, parents et enfants d’âges différents autour d’une même activité ? Louise, maman de Paul, 7 ans, et d’Emma, 4 ans, a découvert malgré elle les plaisirs des jeux de société en famille.

Week-end pluvieux…

Notre week-end devait être « nature » et idyllique. Il prenait l’eau, au sens propre comme au figuré. Notre famille, assortie d’une paire de grands-parents désoeuvrés, s’est retrouvée coincée à 6 dans une maison de campagne sans télé, sans idées… Entre le petit qui s’écrit « maman j’sais pas quoi faire », l’autre « y fait que m’embêter » et les grands-parents qui me rappellent sans cesse comment BIEN élever mes enfants, la moutarde me montait légèrement, très légèrement au nez… Mon week-end tournait au cauchemar !

Mission : occuper la famille !

J’ai retourné la maison sens dessus-dessous, décidée à découvrir dans les placards un trésor oublié. Des livres en tous genres, bof, quelques vieux jeux de société, rebof. Rien de bien excitant. C’est là que Paul a dégagé de la pile un jeu et clamait qu’il fallait y jouer là tout de suite maintenant. Les grands-parents ont accepté, contre mauvaise fortune bon coeur. Les jeux de société, c’est pas vraiment une passion familiale. Mon mari s’est donc éclipsé avec Emma, mon petit bout de chou de 4 ans. Et moi, j’ai profité de l’agitation générale pour me blottir au coin du feu. Quelques instants après, je les entends rigoler comme des baleines. Encore et encore. Alors, oui, j’avoue.

 

Je me suis sentie un peu bête, toute seule dans mon coin. Je me suis glissée trrrèèès discrètement derrière eux. Ils étaient tous rassemblés autour d’une table et d’un grand plateau de jeu circulaire sur lequel fourmillaient des centaines d’illustrations. Emma et Julien (quels traîtres !), les avaient rejoints.

 

Se laisser prendre au jeu

L’air de rien, je regardais la scène. Mon père saisissait une petite carte sur laquelle figurait une chaussette bleue à pois. Et 10 secondes plus tard, Paul s’écriait « je l’ai vue !!! », tout en pointant sur le plateau de jeu ladite chaussette. Hop, nouveau tour de jeu, nouvelle image. Une raquette de ping pong, cette fois, à retrouver parmi les nombreuses illustrations du plateau. C’est alors que je me suis entendue hurler « là ! elle est là ! ». Les regards se sont tournés vers moi d’un seul coup. « Tiens, qu’est-ce que tu fais là ? Je croyais que tu n’aimais pas jouer, toi. Que jamais, au grand jamais, on ne te verrait jouer à un jeu de société ! » Ben, oui, c’est comme ça. Je me suis laissée prendre au jeu. On va pas en faire un plat. Que celui qui ne s’est jamais fait avoir me jette la première pierre.

 

Le jeu du lynx

Je me suis installée au milieu de ce petit monde pour prendre part au jeu. Le jeu du Lynx me précisait Paul. Je peux vous dire que je m’amusais plutôt bien. Et mes partenaires aussi. Bon, il faut avouer que nous, « les grands », avions parfois du fil à retordre pour ne pas être dépassés par les petits, Emma y compris. En fait, ce sont mes parents qui rencontraient le plus de difficulté. Mémoire, concentration et rapidité sont requises dans ce jeu. Toute la famille est stimulée, mais à différents niveaux. J’ai trouvé cela très intéressant. Les enfants découvrent les mots, s’exercent à observer et les plus âgés ravivent leur mémoire et leurs réflexes (et nous les parents, on s’amuse !).

 

Prolonger les échanges et le jeu

Je vous livre ici une petite astuce : pour prolonger le jeu et les échanges, on a inventé un autre petit jeu. Un joueur tire une image et à partir de celle-ci raconte une histoire, tout en tentant de convaincre son auditoire de sa véracité. Mon père a ainsi évoqué son passé de joueur de ping pong renommé. Vrai ou faux ? Bon, moi je savais, mais les enfants écoutaient leur grand-père avec avidité. Ce qui est rare. C’est donc une autre version du Lynx, mais qui a aussi tout son intérêt.

 

Finalement, je tiens la recette d’un week-end heureux : un temps capricieux, une famille au grand complet cloîtrée dans une maisonnette, et surtout une boîte de jeu du Lynx ! Facile, non ?


Par Louise , Maman de Paul, 7 ans et d’Emma, 4 ans


Poster votre commentaire
mot de passe oublié

Un email avec votre mot de passe vient de vous être envoyé.

Ok