POUR certaines fessées
Participez aux prochains forums
Proposez-nous vos sujets de discussion pour animer les forums !
Participez

La boutique

Livre Ça fait mal la violenceDe 2 ans à 7 ans
Livre L alimentationDe 3 ans à 10 ans
Livre Un bébé à la maisonDe 2 ans à 7 ans
Education et...

POUR certaines fessées

Par Domitille B., Maman de Luce, Chloé et Matthieu

fessee

A la maison, avec ma fille, la fessée-limite, la fessée-réaction, la fessée-dernier-recours, je pratique. La fessée-défouloir, je suis contre. La fessée-culpabilité… je suis imparfaite, mais remettre en cause cette méthode éducative traditionnelle ? Non !


Une sanction proportionnelle

Oui, j’ose dire que je pratique la fessée-sanction avec mes trois enfants, enfin, les deux aînés, car la troisième n’a que dix neuf mois. Ceci dit, une petite tapette symbolique lorsqu’elle se tortille sur la table à langer, a l’air de bien lui faire comprendre les limites !

Au diable la langue de bois, je suis convaincue que la fessée peut être éducative. Une fessée- limite, à condition, bien sûr, de rester proportionnelle à la faute ! Je ne sors jamais mon martinet pour lyncher mes enfants de 4 et 6 ans pour un verre d’eau à terre ! Car ma fessée ne se veut pas humiliation. Je me souviens que petite, alors en classe de CP à Paris dans une vénérable institution catholique, mon camarade Blaise s’était déculotté face à la classe, pour prendre trois coups de baguette sur son petit postérieur. De ces fessées, l’on ne redoutait pas la douleur, mais surtout l’humiliation, même à six ans ! Je réprouve ces fessées-humiliation.

 

Une fessée pédagogique

Mais lorsque ma fille Luce, 4 ans, s’est brusquement accrochée à la jambe de Chloé, un an, au moment où je sortais cette dernière du bain, j’ai failli la lâcher… et là, une fois Chloé à terre, Luce s’est pris une bonne fessée sur ses fesses mouillées ! Une fessée-réaction à une frayeur de ma part, en effet, j’assume. Une fessée-qui-fait-mal, qu’elle n’a pas vu venir, bien sur, elle voulait jouer. Mais ça l’a marquée, et elle n’a jamais recommencé. Oui, elle a eu mal. J’appelle ça une fessée-sécurité. Celle qui part lorsque l’enfant se met lui-même ou met un autre en danger. A-t-elle compris que cela aurait pu être dangereux pour sa sœur ? J’ai tenté de le lui expliquer après, dans les pleurs et même les hurlements. Non, sur le moment, elle n’a pas voulu l’entendre. L’aurait-elle mieux compris si j’étais restée zen, comme le prônent les psy,  et lui avais expliqué le pourquoi du comment en long en large et en travers ? Peut-être. Mais pas sûr… Et lorsqu’elle me lâche la main au moment de traverser la rue pour courir devant en rigolant, que faites vous ? Elle se prend une fessée-sécurité, qui la fait hurler. Elle n’est pas contente, elle est vexée, elle a mal. C’est la fessée pédagogique. Je ne donne pas de fessée à chaque non. Je tente la douceur, la raison, la conviction, puis vient, en dernier recours alors, la menace de fessée. On la prévient, on anticipe, on compte jusqu’à trois… et elle attend cet ultimatum pour céder… ou pas. Et là, vient la fessée-dernier recours, comme attendue, comme limite qu’elle a voulu tester. 

 

Mais toujours un dernier recours

Non, je ne dis pas qu’elle l’attendait, ni qu’elle y prend plaisir. Je pense qu’il faut avoir des trésors d’imagination pour mettre en place la stratégie de la douceur, et, souvent, c’est ce qui fonctionne le mieux. Il peut y avoir aussi derrière son comportement qui nous agace, un malaise à prendre en compte. Quand je sens chez elle un état d’âme, un coup de fatigue, de faim, je creuse, avant de sanctionner. Mais quand l’enfant a visiblement décidé de nous tester, la fessée-dernier-recours peut tomber. Bien sûr, je ne suis pas parfaite, il m’est arrivé de me planter.

 

Fessée-défouloir, la mauvaise fessée

La fessée-défouloir est déjà tombée alors que, après un réveil ou deux par nuit depuis un mois pour réclamer sa tétine, ou un verre d’eau, j’ai été encore réveillée à deux heures du matin par les pleurs de Luce. Elle avait trois ans. Epuisée par mon troisième accouchement récent, j’ai filé une trempe à la pauvre petite Luce, pour m’apercevoir après qu’elle était brûlante de fièvre…. La fessée-culpabilité, la pire des fessées… Celle qui vous tire des larmes tellement vous vous en voulez d’être une mauvaise mère… Eh oui, ça arrive aussi. Faut-il pour autant interdire les fessées ? Toute interdiction générale pour être appliquée, doit s’accompagner de sanction. Comment, qui, va prouver la fessée ? Vais-je voir ma Luce me faire un procès à huit ans pour la fessée reçue à trois ans par erreur ?


Par Domitille B., Maman de Luce, Chloé et Matthieu


Poster votre commentaire

Tous les commentaires

  • jackgordon63 (le 09/10/13 à 10H00)Commentez cet article en déposant un message
  • jackgordon63 (le 09/10/13 à 10H00)Commentez cet article en déposant un message
  • cohérance (le 11/08/13 à 16H27)pourERIKA30 NON!votre vérité est "IDEOLOGIQUE"! vous évidement vous connaisser qu'une seule fessée celle de la violance"FRAPPER,COGNER,TABASSER,CORRIGER"pure maltraitance parce-que vous n'avez que cella entéte et bien ne vous en déplaise il existe aussie la "FESSEE PEDAGOGIQUE"qui elle est relative(proportionnele à la bétise)donner trés rarement et exeptionnelement uniquement qu'en cas de trés grosses bétises grave elle est symbolique appliquer avec spontanéité, justesse,souplesse,modération,tendresse parce-que une fessée en générale n'est pas faite pour vouloire absolument faire male(mème si elle peut paraitre douloureuse)mais la violance n'est PAS!sont bute(objectif à atteindre) il ne faut PAS!partire du principe qu'il faille absolument étre violant,agréssive,brutale humilliant pour la leurs appliquer(à moins de vouloire étre sadique est perver?)le seul truc c'est d'étre "JUSTE"avec enver-eux(les enfants)c'est tous(mème par une fessée
  • cohérance (le 11/08/13 à 15H43)pour domitille B j'ai lue entièrement tous votre récie et cela fait plaisire aux moins que pour une fois une personne comme"VOUS"!sache faire la différence entre la punition corporelle légère(la fessée pédagogique) et la maltraitance(correction avec objets)une maman qui donne une tape sur le pantalon de son enfant parce-qu'il n'écoute pas(ou qu'il ce met en danger)n'à strictement "RIEN"de maltraitant bien aux contraires (parce-que cela permet d'apprendre à l'enfant de prendre conçiance de sa bétise)mais comme seulement maintenant les idéologistes sécter pour la pensée unique pronent la 100% NON punition(interdiction de la fessée)ils ne faudra pas s'étonner que dans peut de temps ce seront des gamins qui agresseronts des personnes agés(si ce n'est déja fait)"?"il y à peut de temps 1gm de 13ans braqueur de boulangerie, 1gm de 8ans agresseur d'instites "et la fessée N'est PAS encores interdirte"(qu'ils ce pose la question que vat'il ce passer lorsqu'elle le sera) " ? "(ce sera l'anarchie juvénile garantie)qu'ils prennent exemple sur l'abolition de la peine de mort" est-ce que cela à empécher qu'il y est plusse de meurtres N O N! aux contraires cela c'est "EMPIRER"d'avantage(encores-plusse)!
  • Chercheuse d'Etoiles (le 28/06/13 à 14H20)Bonjour, vous semblez opposer fessée limite à douceur et patience. Eh bien de mon avis c'est justement quand on cherche absolument à rester calme qu'on peut risquer de mettre une fessée à son enfant. C'est quand on ne parvient pas à faire respecter ses limites par son enfant qu'en dernier recours on est tenté d'utiliser la violence physique pour le faire coopérer. Ne confondez pas bienveillance et calme permanent. Pour amener son enfant à respecter les limites de ses parents, il y a besoin que ses parents soient connectés à leurs émotions, et que quand ils se sentent en colère parce que leurs limites ont été dépassées, ou quand ils ont eu peur, ils puissent prendre conscience de ces émotions avant d'agir en conséquence... sans forcément donner de fessée. Eduquer son enfant sans fessée ni punition ce n'est absolument pas être calme, doux et patient tout le temps (et le vouloir mène à la violence en général), c'est justement bien identifier ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas, et accepter sa propre colère quand elle apparait. Ca n'est pas non plus discuter tout le temps et s'attendre à ce que ensuite son enfant coopère : il y a des moments où les enfants ont des besoins qui les empêchent de coopérer avec leurs parents, et où le parent pour se protéger doit agir, notamment avec les tout petits. En prenant l'enfant dans ses bras pour éviter un accident, en l'enlevant d'une situation dangereuse pour lui ou pour les autres, par exemple. On peut aussi apprendre aux enfants à se protéger par eux même, cela évite qu'en l'absence des parents qui pourraient leur mettre une fessée, ils se mettent en danger. Quid de l'adolescence où il ne sera plus possible de frapper votre jeune de 15 ans aussi costaud que vous, et qui sera la majeure partie du temps sans ses parents? Je ne crois pas que les psys prônent de rester zen, ou s'ils le font ils sont incompétents. Pour éduquer son enfant sans violence, il est nécessaire d'apprendre à accepter ses émotions, à les utiliser comme guide de ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas, et de s'en servir autrement que dans une réaction automatique abimant un enfant. Si vous souhaitez explorer d'autres façons de faire, il existe moult possibilités.... voir par exemple : http://www.cdumonteilkremer.com/article-quand-les-petits-curieux-prennent-des-coups-117462823.html https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=bPDwZlj09KA chaleureusement, CE
  • Erika30 (le 26/06/13 à 22H10)Et je trouve la photo choisie pour illustrer cet article très parlante, cette petite fille parait bien seule et triste...
  • Erika30 (le 26/06/13 à 22H06)Ne lisez pas cet article inutile, mais lisez ceci : http://www.regardconscient.net/archi03/0302fessee.html, je le conseille aussi et surtout à la personne qui a posté cet article. A la fin il y a des ref biblio très intéressantes et je vous recommande la lecture dAlice Miller. Et par pitié, quoi que vous fassiez, demandez vous toujours si vous le faites dans le respect et l'intérêt de la personne concernée.
  • Erika30 (le 26/06/13 à 21H16)Je rêve... à la différence des animaux, tes enfants comprennent ton langage, tu peux leurs PARLER ! Tu peux te rassurer et te déculpabiliser en trouvant qu'il existe différents types de fessée, néanmoins il n'en existe qu'une, celle qui est incompréhensible au yeux de tes enfants et surtout humiliante, je te conseille vivement d'arrêter ce moyen qui n'est en rien pédagogique, mais surtout facile et permet de se défouler, elle est là la vérité ! Mais j'imagine que c'est l'éducation que tu as reçu et que remettre en question celle que tu appliques c'est remettre en question celle que tu as reçu, impossible? S'il vous plait, arrêtez de penser que FRAPPER résout les problèmes ! Tu sais ta fille est petite, elle n'a pas compris et ne comprendra pas tout de suite les conséquences que peuvent entrainer ses actes, réfléchissez voyons, pas d'excuse à la violence et surtout auprès de ceux qu'on aime. Vous savez, vous qui mettez des "fessées pédagogiques" à vos enfants, comptez le nombre d'erreurs que vous faites à la journée et donc selon votre système le nombre de coup que vous devriez recevoir pour les avoir commises, vous allez me dire "pas pareil", et pourquoi? Des enfants sont des êtres humains, seulement ils ne peuvent pas se défendre, c'est facile, vous tapez sur tous ceux qui vous emmerdent? Qui mettent votre vie en danger sur la route etc... et pourtant c'est très grave ! Allez, la vérité n'est pas dans l'excuse que vous trouvez à vos actes et vous le savez...
  • Tessa75 (le 20/06/13 à 18H02)J'ai 66 ans et je me souviens encore de la haine que je ressentais contre mon père qui donnait aussi de fessées "pédagogiques". C'était pourtant un papa aimant mais il était prisonnier des principes qu'il avait concernant l'Education. Votre certitude d'avoir bien agi en donnant une fessée "qui fait mal" est effrayante et rien que pour éviter la fessée-défouloir que l'on risque de donner à mauvais escient comme dans l'exemple de votre petite fille "brûlante de fièvre"qui, à 3 ans n'était pas responsable d'avoir une maman fatiguée par trois accouchements en trois ans, je continuerai à lutter contre la fessée.
  • Manzanar (le 01/06/13 à 21H33)De l'édUcation naturellement. M'en vais filer une trempe à mon Ipad.
  • Manzanar (le 01/06/13 à 21H32)La fessée, c'est le couteau suisse de l'édication. C'est tellement pratique.
  • Manzanar (le 30/05/13 à 08H06)Vous pouvez lui donner tous les noms confortables que vous voulez, la fessée reste une maltraitance réprouvée par l'ONU, l'Unicef, le conseil de l'Europe et même la convention internationale des droits de l'enfant. Quant à la valeur pédagogique que vous vous complaisez à lui donner, il suffit de faire l'effort de s'intéresser aux centaines d'études scientifiques menées de par le monde pour savoir qu'elle est en tous points erronée. L'ONU en a tiré un rapport conséquent pour le cas où vous n'auriez pas le courage de trop chercher. parce qu'après tout, un parent qui a recourt à la fessée dans des situations aussi variées que vous le faites ne doit pas trop s'embarrasser de ce genre de lectures. Ni de trop d'introspection d'ailleurs. Votre conclusion en est la preuve, et là je vous rejoins ; il est en effet peu probable que Luce vous fasse jamais un procès pour vos fessées, quelles qu'elles soient. En revanche, celle qu'elle deviendra jour après jour aura aussi été nourrie de toutes ces fessées, de la peur, du chagrin, de l'humiliation et de la douleur qui vont avec. Vous n'avez vraiment pas à en être fière.
  • Nolaline (le 30/04/13 à 20H46)C'est pas possible? c'est un gag non? Je préfère croire à un "bon" canular plutôt que penser que quelqu'un ait vraiment pu écrire des absurdités pareilles...
  • MarionMi (le 30/04/13 à 15H17)Vous devriez avoir honte de publier de tels articles! Je ne suis pas prête de revenir sur ce site pour lire de telles idioties!!!!
  • K123K (le 30/04/13 à 15H14)Difficile de lire ces propos sans réagir, autant de violence décrite... Imaginons maintenant que c'est un homme qui frappe sa femme, un patron qui frappe son employé, tout cela au nom de l'apprentissage, ou tout simplement un chien éduqué par son maitre... Non non c'est une maman qui éduque son enfant, et comme l'enfant se construit par mimétisme... Certainement que cette maman a reçu elle même des fessées... On ne peut pas se permettre de juger mais j'avoue être un peu désemparée par un tel article, frapper est de la violence sans nul doute, et essayer de vous souvenir la peur qui nous traverse lorsque l'on est violenté, la rage et l'injustice, et en plus quand cela provient de la personne qui nous est la plus chère au monde.. SOLLICITUDE, bienveillance, accompagnons nos enfants même si la discussion est plus longue qu'une fessée, la discussion, elle, est autorisée par les adultes en relation, ça s'avèrera donc un sérieux outil pour vos enfants.
  • Vanessa_t (le 30/04/13 à 13H23)Imaginez Domitille que vous êtes à un carrefour, prête à traverser sur le passage piéton, vous êtes distraite et vous vous engagez alors que le feu n'est pas encore vert et qu'une voiture s'approche, là votre mari avec qui vous vous promenez, vous tire en arrière par le bras et vous donne une fessée-sécurité. Quelle serait votre réaction? Imaginez maintenant que vous avez des paiements à régulariser à la banque, vous aviez égaré un des documents et vous recevez un rappel, imaginez que vous deviez aller au guichet pour cela. Le banquier, voyant que vous avez cherché à dépasser la limite du délai pour le paiement vous donne une fessée-limite. Quelle serait votre réaction? Vous trouverez sans doute que cela n'a rien à voir avec les fessées pour les enfants. Et pourtant. J'aime cette phrase: "quand un adulte frappe un autre adulte, c'est de la violence. quand un adulte frappe un animal, c'est de maltraitance. quand un adulte frappe un enfant, ce serait de l'éducation?" Les enfants ne cherchent pas à tester nos limites, ils cherchent à découvrir le monde et à comprendre ce qu'ils peuvent faire ou pas. Installer la peur du parent n'est pas une manière d'éduquer, elle engendre simplement le désir de vengeance, la culpabilité (l'enfant se sent coupable d'oser avoir envie qu'il arrive malheurs à son parent) et l'éloignement. Peut-être qu'une relation de domination vous convient, vous êtes le chef et vos enfants sont moins que vous, ils ne connaissent rien, ne savent rien, vous devez leur apprendre. Observez-les et vous verrez qu'ils savent déjà beaucoup. Vous avez peur de perdre le contrôle. Si je n'ai plus la fessée comme punition, comment les punir, comment les corriger? Grâce au renforcement positif, en modifiant les punitions par des sanctions réparatrices de l'erreur ou de la bêtise. Avec les fessées, là où vous pensez que vos enfants vous respectent, ils vous craignent, étrange relation parent-enfant. Il existe des alternatives, d'autres façons de faire, d'autres façons de parler. La communication bienveillante permet à l'enfant de se développer, lui apporte une bonne estime de soi, une confiance et une sécurité pour toute la vie. Évidemment ce n'est pas facile, cela demande une remise en question parfois difficile. Vous trouverez des pistes dans les livres d'Isabelle Filliozat, d'Adèle Faber et Elaine Mazlish, de Thomas Gordon, d'Anne Bacus, de Catherine Dumonteil-Kremer, de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, de Jean-Philippe Faure, de Stephan Valentin ... entre autres. Maintenant que vous avez fait votre coming-out, vous allez pouvoir trouver ces alternatives, cheminez à votre rythme, remettez-vous en question et posez-vous la question de savoir qu'est-ce qui est plus important pour vous: un verre brisé ou votre enfant, un jeans déchiré ou votre enfant, une nuit entrecoupée ou votre enfant?
  • ManueF (le 16/04/13 à 14H11)Je suis vraiment choquée de voir à quel point nous sommes très vite jugés en tant que parent. Le boulot de parent n'est pas évident, il faut être tout à la fois... tolérant mais pas trop, strict mais pas trop, mais surtout très patient. Je trouve dommage que ce que l'on voudrait être pour nos enfant nous ne l'appliquons pas pour nos semblables. Je ne pense pas qu'un seul parent soit irréprochable. Nous commettons tous des erreurs, alors soyons indulgents. Le plus important est d'apprendre de nos erreurs.
  • ManueF (le 16/04/13 à 13H39)Commentez cet article en déposant un message
  • Vilnius (le 02/04/13 à 17H10)j'ai attendu un peu avant de réagir. Ce que je reproche à ce plaidoyer pour la fessée est en fait qu'il procède d'une post-rationalisation d'un geste d'humeur. Le parent réagit à chaud (j'ai peur pour mon enfant ou son comportement me pousse à bout) puis rationalise son geste ("grace" à la fessée, il a appris que son attitude était dangereuse). Cela me fait plus l'effet d'un parent qui n'arrive pas à éduquer ses enfants sans utiliser la domination que lui donne sa supériorité physique et psychologique et qui justifie un geste qui serait inacceptable envers un autre adulte. Le principal reproche que les partisans de la fessée ou d'autre violence envers les enfants font à leurs adversaires, c'est que d'après eux, en refusant la violence, les autres parents laisseraient leurs enfants faire ce qu'ils veulent, c'est à dire nécessairement des choses dangereuses ou méchantes. C'est heureusement faux. Les autres parents éduquent tout autant leurs enfants, juste ils essaient de ne pas se laisser submerger par leurs sentiments et leurs émotions et apprennent à réagir avec calme devant un comportement de leur enfants qui ne leur plait pas et qui n'est pas conforme à ce qu'ils souhaitent leur enseigner. Lorsqu'au travail, quelqu'un fait une erreur, son supérieur ou ses collègues ne le frappent pas ou ne l'agonisent pas d'injures. Ils parlent parfois très fermement du problème, cherchent les solutions pour pallier les conséquences et mettent en place des stratégies pour que cela ne se reproduise pas. Ce genre de comportement rationnel me parait à privilégier en toutes situations de crise.
  • nina789456 (le 27/03/13 à 14H27)"j'ai filé une trempe" ? "une bonne fessée sur ses fesses mouillées" ? "elle a eu mal" ? Oxybul a-t-il lu cet article ? J'aimerais, et nous sommes nombreux semble-t-il au vu des réactions, une explication de la part du site, des excuses et une modération de cet article non scientifique.
Lire toutes les réactions
mot de passe oublié

Un email avec votre mot de passe vient de vous être envoyé.

Ok